Collaborations

Chant – Melchor Campos

Melchor Campos est issu de la célèbre famille «Montoya», une des plus hautes dynasties du flamenco gitan de Séville. Né en 1975 à Montpellier, il apprend le chant et la guitare dès son plus jeune âge encouragé par sa mère chanteuse et son père guitariste. Il s’inspire aussi du grand chanteur flamenco «Camarón de la Isla». Il commence une carrière professionnelle à l’âge de 17 ans avec le groupe «Canastero» en se produisant notamment à Lucerne (Suisse) au «Festival de la musique Tzigane» présidé par le violoniste Yehudi Menuhin auquel participe également les guitaristes Morai-to Chico et Niño Josele ainsi que la chanteuse Tomasa La Macanita.

En 1999 il participe à l’enregistrement du disque «Alma» de son cousin José el Francés avec Vicente Amigo et Niña Pastori. Depuis, il partage l’affiche avec de grands noms de la scène internationale comme Ishtar du groupe Alabina, Chico Castillo, Omar Bashir, Daniel Manzanas ou encore Juan Carmona.

Entre 2003 et 2005, Melchor Campos se produit dans les spectacles Instante Flamenco et Barrio Flamenco aux cotés de Cristo Cortés, El Kuele, Manuel Gutierrez, Sharon Sultan et José Cortés. Il travaille également avec des danseurs de renoms comme Andrés Peña, Rafael de Carmen , Ana la China, Jorge Santelmo…

En 2004, il rencontre la danseuse et chanteuse Karen Ruimy avec laquelle il se produira dans les spectacles «Flamen’ka» et «Flamen’ka Nueva» à l’espace Pierre Cardin en 2006, au Casino de Paris et aux Folies Bergères en 2008. Il enregistrera aussi deux albums. En 2007, il participe à la soirée caritative organisée par l’association Playing for good de Maria Bravo.

Aujourd’hui, Melchor Campos s’est forgé une solide expérience du chant et de la scène, il continue à s’enrichir au gré des rencontres et ne cesse de travailler le flamenco. Il innove sans jamais oublier ses racines flamencas. Sa

Chant

Ana Barba Moreno

Ana Barba Moreno, jeune cantaora originaire d’Arcos de la Frontera (Andalousie), est née dans une famille d’aficionados. Dès son enfance, Ana Barba chante lors des réunions familiales. Elle débute véritablement sa formation professionnelle à Grenade à l’âge de 19 ans. De retour à Jerez de la Frontera, elle se perfectionne auprès de maîtres tels que José Mendez (neveu de la Paquera de Jerez). Ana Barba vit actuellement à Séville. Parallèlement à sa carrière professionnelle, elle poursuit sa formation à la fondation de flamenco Cristina Heeren.
Ana Barba participe au festival « voix de femmes », à Paris, en 2009,  auprès de grandes cantaoras tels que Rocío Márquez ou encore Dolores Agujetas. Elle est fréquemment accompagnée à la guitare par son frère, le grand guitariste Dani Barba Moreno, établi à Paris depuis plusieurs années.
Ana séduit le public par sa chaleur humaine et sa voix claire et puissante. Son sens profond du compás et sa capacité à dégager de fortes émotions font d’elle une cantaora de haut niveau.

Chant

Paloma Pradal

Jeune cantaora née à Toulouse, elle étudie la danse flamenca depuis son plus jeune âge et s’initie au chant flamenco sous la double influence de sa mère, la chanteuse gitane Mona Arenas et de son père, le musicien Vicente Pradal. Elle s’aguerrit au métier de la scène aux côtés de celui-ci en tant que choriste puis soliste dans le récital Vendrá de noche. Elle participe également à l’enregistrement discographique de El Diván del Tamarit et au récital de son frère, le pianiste Rafael Pradal.

Parallèlement à sa formation flamenco, Paloma collabore régulièrement avec des artistes issus d’autres genres musicaux: avec le groupe hip-hop français Al’Tarba, avec La Gale, ou encore avec le musicien de jazz Jean-Marc Padovani.

Guitare

Manuel Castan

Diplômé du conservatoire de flamenco de Barcelone, Manuel Castan enseigne la guitare depuis plus de treize ans.

Il vit trois ans en Andalousie, à Jerez de la Frontera, berceau du flamenco, afin de se perfectionner et d’être en contact avec la culture flamenca; il y accompagne les cours de danse de la gitane Manuela Carpio, La Chiqui, La Rubia de Jerez et Ana Maria Lopez.

Il suit également les cours de la fondation Cristina Heeren à Séville et reçoit de précieux enseignement des maîtres comme Pedro Sierra, Paco Cortes ou Niño de Pura.

Il accompagne de nombreuses formations de par le monde: Naita, El Encuentro, la compagnie Rebeca Castilla (flamenco), un duo tsigane avec David Mancinelli, de la musique irlandaise avec le violoniste Lucas Benech, des chants d’Amérique latine avec le chanteur Kiko Albo, la compagnie Zambra de Buenos Aires, et récemment, il crée avec le clarinettiste Stefano Cirrito le duo “tango clarinet”.

Guitariste éclectique, Manuel Castan est également professeur de tango argentin.

Chant

Mateo Campos

Né à Nîmes en 1978 d’une famille d’immigrés espagnols, Mateo Campos côtoie le vaste univers du flamenco dès son plus jeune âge grâce à des parents passionnés par cette musique. Se familiarisant à la guitare, Mateo poursuit sa formation musicale en 1999 à l’Institut de Formation International de Musique et Multimédia de Paris. A partir de 2001, il s’oriente vers le cajón (caisse de percussion) et commence sa formation auprès du professeur de percussion Thierry Aubry. C’est durant cette période qu’il collabore avec l’Association du Centre Culturel Andalou de Nîmes.

En 2005-06, il entreprend un voyage à Jerez de la Frontera afin de se perfectionner auprès du percussionniste Pedro Navarro. Durant son séjour, il accompagne les cours à l’Académie de danse de Manuela Carpio.

Immergé au cœur des origines du flamenco, Mateo s’initie au chant en interprétant les grands classiques de la musique flamenca, révélant ainsi une voix empreinte de sensibilité.

Dès 2005, le duo la Calle Flamenca, dans lequel il réunit ses différentes facettes de percussionniste, chanteur, auteur et compositeur. Entre 2005 et 2006, le groupe enchaîne les concerts en France, en Espagne, en Colombie et sort un album. Le duo collabore fréquemment avec d’autres artistes tels que le percussionniste Juanma Cortés, la chanteuse Maria Paz ou encore la danseuse Lori la Armenia.

Mateo est un artiste polyvalent, maîtrisant aussi bien le cajón que le chant.

Guitare

Nico Duque (Paris)

Plus d’information

Chant

Bastian de la Negreta (Marseille)

Chant

Andres Gill (Suisse)